Etat de Vaud
DGEP
CEPV
Centre d'Enseignement Professionnel de Vevey
Les Ecoles supérieures
Ecole
Section
Illustration
 Photo: ? A. Blanc 2008 / C?ramique: ? Chien-lit ?, Ursula Vogel, 2008

Formation supérieure

Le Canton de Vaud, l’Ecole d’arts appliqués de Vevey, avec le soutien de l’association professionnelle ACS/ASK, ont ouvert une formation supérieure ES céramique à l'automne 2009. Cette formation de 2 ans est conçue comme un prolongement de la formation de base actuelle, dans le cadre d’une filière globale.

 
 

Compétences visées

L'étudiant maitrise globalement un projet et un produit céramique par ses capacités à :

  Requiert:
Analyser une problématique Outils méthodologiques

Concevoir Connaissances générales
Transfert de connaissances
Analyse et développement des moyens de mise en œuvre
Identité

Inscrire le projet dans une réalité contemporaine

Applications externes, concours, marketing

Proposer des projets innovants Recherche appliquée

Produire Méthodes

Travailler en groupe pluridisciplinaire Échange, positionnement

Communiquer Visibilité, lisibilité, oralité

 

 

Admission, durée et titre délivré

Conditions d'admission

Etre titulaire d’un CFC de céramiste, d’une profession apparentée ou d’un titre jugé équivalent.

Tests d’aptitude

Les candidats effectuent une épreuve de culture générale et artistique. Ils présentent un dossier de travaux personnels de céramique et participent à un entretien avec la direction et un groupe d’enseignants de l’Ecole.

Durée de la formation

2 ans à plein temps.
3 ans en cours d'emploi.

Titre obtenu

Designer diplômé-e ES en design de produit, spécialisation en Céramique

Voir aussi


Approche pédagogique
Concept d’une formation par intégration et transfert de compétences 

La pratique professionnelle repose sur la combinaison de diverses compétences disciplinaires.
En situation de formation, elle requiert la coopération de spécialistes de domaines, et la capacité pour l’étudiant de relier et /ou transférer ces compétences acquises dans le cadre de cours, workshop, conférences ou toutes autres situations d’acquisition de savoirs.
Une pédagogie "de mise en situation" permet de satisfaire ces besoins.

L'école supérieure postule une approche théorique et pratique du champ professionnel.
En termes méthodologiques et pédagogiques, elle se réfère :

  1. à une approche « apprendre en faisant »
  2. aux logiques de recherche par problématiques : hypothèse, vérification, reformulation, synthèse et choix,  application et développements.

Le choix d'une pédagogie par projet, préférentiellement "inductive", correspond à l'apprentissage d’une cohérence, dans différentes situations concrètes, liées aux contraintes d’un cahier des charges. Elle est favorisée par un cadre pluri ou interdisciplinaires. (Voir notes ci-dessous)
La pédagogie de projet fait référence à des objectifs multiples.
Dans la formulation du projet, une « anticipation créatrice » est requise.
Des outils méthodologiques liés à la création permettent de dépasser contradictions et/ou contraintes. 
La prise de décision se fait dans le cadre de choix argumentés, selon des critères énoncés.

La diversité des approches des différentes phases des projets professionnels, leur forme globale et concrète, l'hétérogénéité des réponses des étudiants, sont des atouts qui  constituent une part importante de la formation.
Cette forme pédagogique permet un co-apprentissage par les pairs, en parallèle aux apports des experts et enseignants.

La capacité d’auto-formation est également mise à l’épreuve.

 

 

Notes pour un glossaire pédagogique :

Pluridisciplinarité

Permet d’aborder un objet d'étude selon différents points de vue, de juxtaposer des regards spécialisés, de faire coexister le travail de plusieurs disciplines sur un même sujet d'étude, de synchroniser les étapes afin d'éviter de possibles incompatibilités entre différentes disciplines.

Interdisciplinarité

Permet des interactions entre disciplines, d’intégrer des problèmes et des besoins, d’enrichir les connaissances par des échanges mutuels d'informations et d'évaluer globalement celles-ci.
L'approche interdisciplinaire dans le cadre de la gestion de projet en favorise l'intégration, en préconisant l'interrelation systémique des différents intervenants disciplinaires.

Démarche inductive, déductive, active

La pédagogie inductive est censée s’opposer à la démarche déductive selon laquelle les connaissances transmises à priori autoriseraient, en second lieu, des « applications » sur le terrain professionnel particulièrement.
On peut assimiler la méthode "déductive" au cours magistral que nous avons tous connus, alors que la méthode "inductive" repose sur un questionnement au travers de cas divers, voir du propre vécu des élèves pour leurs faire découvrir les concepts liés au cours qu'ils doivent maîtriser. On peut utiliser le raccourci suivant en caricaturant un peu : la pédagogie déductive, c'est faire le cours avant les applications et les questions, la pédagogie inductive, c'est exactement l'inverse.

On parle aussi parfois de "pédagogie active". Elle repose sur une implication encore plus importante des élèves au travers d’activités qu'ils réalisent des cadres concrets. Cette pédagogie s'appuie sur ces activités pour introduire les connaissances que l'élève doit maîtriser au vu du référentiel.

 
 
 
ThF  –  10.12.16