CEPV © 2018
CEPV © 2018
CEPV © 2018
CEPV © 2018
CEPV © 2018
CEPV © 2018
CEPV © 2018
CEPV © 2018
CEPV © 2018

Historique

Les Arts appliqués du CEPV

sont nés de la réunion de l’École Suisse de Céramique de Chavannes-près-Renens, de l’École de décoration et de l’École de photographie, sises toutes deux à Vevey. En 2002, l’École d’arts appliqués obtient le label d’École supérieure d’arts appliqués avec la Photographie, bientôt suivie en 2009 par le Visual Merchandising puis enfin par la Céramique.

L’Artisanat

sera rattaché aux Arts appliqués dès l’inauguration du Centre Doret en 1973. Depuis leur création en 1998, la Maturité professionnelle orientation arts visuels et arts appliqués et orientation technique, architecture et sciences de la vie ont été intégrées dans les formations dispensées au CEPV. Le département commercial a quitté le CEPV durant l’été 2014 pour rejoindre l’Ecole professionnelle du Chablais à Aigle. A la rentrée scolaire d’août 2022, les métiers du bois (menuisiers et ébénistes) rejoignent l’ETML à Lausanne qui centralise désormais tous les apprentis vaudois de la filière de formation du bois.

Les Arts appliqués (EAA)

Les Arts appliqués abritent trois départements distincts qui, eux-mêmes, s’articulent en deux formations subséquentes : une formation initiale menant à un CFC et une formation supérieure menant à un diplôme ES.

Le département Céramique
Le département Expographie
Le département Photographie

Un département Préapprentissage permet aux plus jeunes de se préparer aux métiers des arts appliqués et éventuellement à entrer dans l’une ou l’autre des formations initiales.

La Maturité professionnelle post-CFC (MP-ARTS ou MP-TASV) offre aux détenteurs d’un CFC la possibilité de poursuivre leurs études pour accéder aux hautes écoles (HES, universités ou écoles polytechniques).

Enfin, la formation duale artisanale accueille chaque semaine les apprentis en formation duale pour les métiers apparentés à ceux des arts appliqués (céramistes, polydesigner 3D, photographes, spécialistes en photomédia) ainsi pour des métiers moins courants tels les maquettistes en architecture, les courtepointiers/ères ou encore les artisan·e·s du cuir et du textile.